previous arrow
next arrow
Slider
 
 
 

Savu & Roti

modifié le mardi 14 novembre 2017

Ces îles forment, avec Sumba et Timor, l'arc extérieur des petites îles de la Sonde orientales. A 500 km des côtes australiennes, Roti est la partie la plus méridionale du territoire indonésien. Avec un relief peu élevé et calcaire, le climat aride de cette région diffère radicalement de celui, luxuriant, du reste de l'archipel de la Sonde.

 Savu

Roti, 1 220 km2 (y compris la petite île de Ndao) et Savu, 500 km2 (et l'îlot de Rai Jua) ont beaucoup de caractères communs vu leur voisinage et la similarité de leur économie de subsistance basée sur l'exploitation du palmier lontar (Borassus sundaicus) et un peu d'élevage. Ces îles, qui comptent quelque 150 000 habitants, étaient formées de nombreux micro-royaumes (une demi-douzaine à Savu, une vingtaine à Roti) »

Les habitants de Roti et Savu sont d'origine malaise. Si le culte protestant y est pratiqué depuis la colonisation Hollandaise, les traditions animistes sont encore très présentes.

sucre du Lontar

A la saison sèche ils exploitent le jus du palmier Lontar collecté par incision des fruits, pour le transformer en sirop ou galettes de sucre. La saison des pluies fait place à la culture de riz et du maïs. Les cultures maraîchères peuvent y croître toute l'année grâce à l'irrigation de certaines zones où de petites barrages ont pu être levés.

A Roti, les plages du sud ouest, à Nemberala, sont réputées pour ses rouleaux et attirent de plus en plus de surfeurs. La cote sud exposée aux vents et vagues de l'océan Indien est sauvage et découpée. La cote nord est bordée de très belles plages.

La petite île de Ndao, qui bénéficia d'une alphabétisation précoce sous les Hollandais, a donnée nombre de commerçants et d'employés qui émigrèrent dans les administrations des îles environnantes.

 

en savoir plus sur ...

Pays (def.)

Un pays est un territoire habité, constituant une entité géographique et humaine. « Pays » est moins précis et plus neutre qu’ « État »

Minorités (définition)

Une minorité se définie dans un contexte,  non de manière absolue. Elle peut être analysée par rapport à de la population d’une nation, d’une zone géographique, du point de vue des religions, des langues, de la culture ou de la race, de la couleur de peau, des liens de parenté…

L’appréciation en est variable selon le lieu et l’époque.

La supériorité du nombre est vue comme une hiérarchie, une supériorité de la majorité. Dans l’histoire il est peu d’exemple de minorités qui n’aient pas été marginalisées, persécutés, assimilés de force, voire physiquement éliminées.

La minorité ne l’est cependant pas toujours en nombre. Le colonisateur considéra souvent les indigènes comme des races inférieures.

La constitution des états nation moderne à souvent contribué à les révéler et à en aggraver le sort par rapport à la relative tolérance observée autrefois par les Empires. (Comme l’était les Ottomans ou les Austro-Hongrois par exemple)

La définition des  minorités dépend des stratégies de la minorité elle-même, soit par son rôle géopolitique, économique, culturel. (Les juifs, les Arméniens,Touareg…)

Une minorité est aussi une catégorie sociale définie par discrimination : les homosexuels, les femmes, les gens du voyage.