Sulawesi (iles Célèbes)

modifié le jeudi 28 janvier 2016

L’ile de Sulawesi (les Célèbes) au relief tourmenté, dessine une pieuvre entre les îles de la Sonde et les Philippines.

La superficie de 202 000km2, (presque la moitié de la France), en fait une des plus grandes îles de l’Indonésie peuplée que de 17 millions d’habitants.

Sulawesi est le nom indonésien moderne du mot « Célèbes » utilisé en occident. Ce nom signifie « trident de fer » (sula, du sanskrit trisula, « trident », l'un des attributs du dieu Shiva, et wesi ou besi, « fer »), à cause de la forme caractéristique de l'île, sorte de « K » dont la branche supérieure s'incurve vers l'est.

Les difficultés de communication entre les différentes branches de l’île ont maintenu une mosaïque de peuples forts différents. La branche sud-ouest abrite les peuples les plus entreprenants comme les Macassarais et les Bugis renommés pour leurs talents de navigateurs. Le Bajo, nomade de la mer, font partie également des peuples marins des cotes  Sulawesiennes. Dans la région montagneuse  se rencontrent les Toraja aux maisons si particulières en forme de bateau, et aux cérémonies funéraires hautes en couleurs accompagnées de nombreux sacrifices de buffles. Le nord de l’île est le domaine des Minahasa.

carte de Sulawesi (Célèbes) Indonésie

 

 

chantier de construction de Pinisi (Goelettes Indonésiennes)

Les Bugis et Macassarais sont majoritairement Musulmans, les Minahasa Chrétiens, les autres populations animistes, avec des rites pouvant être très rudimentaires comme chez les Wana ou très sophistiqués comme chez les Toraja.

Dans le centre est du pays dans le parc national de Morowali, que les quelques milliers de Wana (5000 ?)  vivent encore de chasse et de cueillette itinérante dans les forêts profondes et pratiquent encore des rituels chamaniques. 

en savoir plus sur ...

Ethnologie

  L'ethnologie (ou anthropologie sociale et culturelle) est une science humaine qui relève de l'anthropologie, et dont l'objet est l'étude explicative et comparative de l'ensemble des caractères sociaux et culturels des groupes humains « les plus manifestes comme les moins avouées »

 

Fondements et objectifs de l’ethnologie

L'ethnologie s'inscrit dans le vaste paysage des sciences humaines. Elle s’appuie sur des études ethnographiques que réalisent les anthropologues.

Cette science récente, moins de deux cents ans, a son origine dans les découvertes des peuples consécutives à l'expansion coloniale des pays occidentaux. Il en est sorti une connotation impérialiste de ségrégation des populations entre civilisée et primitives. Schématiquement, les activités de la sociologie au sens large se répartissent entre l’Ethnographie qui concerne les ethnies primitives et la sociologie qui concerne les peuples « dits » civilisés

À la fin du XXe siècle, cette approche dévalorisante a évolué vers une décomposition où l’Ethnographie (ou anthropologie sociale) concerne une analyse qualitative de l'observation des peuples sur le terrain et la Sociologie concerne l'analyse quantitative basée sur une étude statistique et globale des populations

Les principaux aspects sociaux étudiés au cours des recherches ethnographiques concernent les relations de parenté, le rôle des ancêtres, la connaissance des langues et de la linguistique associée, et l’identification des groupes ethniques.

Minorités (définition)

Une minorité se définie dans un contexte,  non de manière absolue. Elle peut être analysée par rapport à de la population d’une nation, d’une zone géographique, du point de vue des religions, des langues, de la culture ou de la race, de la couleur de peau, des liens de parenté…

L’appréciation en est variable selon le lieu et l’époque.

La supériorité du nombre est vue comme une hiérarchie, une supériorité de la majorité. Dans l’histoire il est peu d’exemple de minorités qui n’aient pas été marginalisées, persécutés, assimilés de force, voire physiquement éliminées.

La minorité ne l’est cependant pas toujours en nombre. Le colonisateur considéra souvent les indigènes comme des races inférieures.

La constitution des états nation moderne à souvent contribué à les révéler et à en aggraver le sort par rapport à la relative tolérance observée autrefois par les Empires. (Comme l’était les Ottomans ou les Austro-Hongrois par exemple)

La définition des  minorités dépend des stratégies de la minorité elle-même, soit par son rôle géopolitique, économique, culturel. (Les juifs, les Arméniens,Touareg…)

Une minorité est aussi une catégorie sociale définie par discrimination : les homosexuels, les femmes, les gens du voyage.