canton enfants.jpg
 
 
 

Cultures et civilisation des steppes d’Asie centrale

modifié le mardi 26 septembre 2017

L’Asie central est marquée par les « civilisations des steppes », c’est-à-dire par les cavaliers, dont les peuples de souche mongole furent les plus marquants représentants.

De la Roumanie à la Manchourie, s'étend une aire immense de l’Asie sèche, qui sépare et relie en même temps les grandes civilisations sédentaires de l'Europe, du Moyen-Orient, de l'Inde (asie méridionale) et de la Chine (Asie orientale).

chevaux des steppes

Depuis la haute Antiquité, de nombreux nomades ont peuplé la steppe eurasiatique ; d'origines ethniques diverses, ils ont eu le même comportement guerrier et le même type de culture au point que certains la qualifie de civilisation des steppes.

Pendant plus de trois mille ans, les peuples nomades ont progressé vers le sud-ouest, vers les terres de populations sédentaires déjà présentes.

Ce fut d’abord les tribus de la famille des Scythes de langue indo-européenne (iraniennes) au 1er millénaire av. J.C., puis les Turco-Mongols de langue altaïque à partir du 1er millénaire ap. J.C.

L’épisode Gensis Khan bien que éphemère à l’échelle des civilisations, modifia en profondeur et pour des centaines d’années les relations entre l’occident et l’orient et établissant apres une période de terreurs terrible, mais aussi un espace de stabilité politique qui permis le développement des relations commerciales déjà existante appelés les routes de la soie.

en savoir plus sur ...

Religion (definition)

Une religion est un ensemble de croyances, de pratiques et de rites communs à un grand nombre d'êtres humains, qui définissent le rapport de l'homme avec le sacré et, partant, une part de sa compréhension du monde. Il a existé de très nombreuses religions et mythologies sur la Terre, avec chacune ses caractéristiques particulières.

Minorités (définition)

Une minorité se définie dans un contexte,  non de manière absolue. Elle peut être analysée par rapport à de la population d’une nation, d’une zone géographique, du point de vue des religions, des langues, de la culture ou de la race, de la couleur de peau, des liens de parenté…

L’appréciation en est variable selon le lieu et l’époque.

La supériorité du nombre est vue comme une hiérarchie, une supériorité de la majorité. Dans l’histoire il est peu d’exemple de minorités qui n’aient pas été marginalisées, persécutés, assimilés de force, voire physiquement éliminées.

La minorité ne l’est cependant pas toujours en nombre. Le colonisateur considéra souvent les indigènes comme des races inférieures.

La constitution des états nation moderne à souvent contribué à les révéler et à en aggraver le sort par rapport à la relative tolérance observée autrefois par les Empires. (Comme l’était les Ottomans ou les Austro-Hongrois par exemple)

La définition des  minorités dépend des stratégies de la minorité elle-même, soit par son rôle géopolitique, économique, culturel. (Les juifs, les Arméniens,Touareg…)

Une minorité est aussi une catégorie sociale définie par discrimination : les homosexuels, les femmes, les gens du voyage.