yunnan dai.jpg
 
 
 

Peuple Kazakh

modifié le mardi 30 janvier 2018

Les Kazakhs sont un peuple turc (turcique) habitant majoritairement le Kazakhstan  et les régions frontalières des pays limitrophes, notamment la Russie (en particulier les districts d'Astrakhanean et d'Orenbourg), la Mongolie (principalement le canton de Bayan-Ölgii où ils forment environ 90 % de la population), l'Ouzbékistan, le Kirghizistan et la Chine (surtout la préfecture autonome kazakhe d'Ili).

Kazakh

La population totale de Kazakhs dans le monde est d'environ 15 millions de personnes. Environ un quart des Kazakhs vivent à l'extérieur du Kazakhstan.

En tant que « peuple cavalier », la culture des Kazakhs précoloniale relevait d'une société nomade ou semi-nomade, issue de ses origines turco-mongoles et de la civilisation des steppes.

L'islam, progressivement intégré aux traditions d'Asie centrale entre les VIIIe et XIVe siècles, a aussi eu une influence sur la culture kazakhe.

La sédentarisation forcée, la collectivisation et la mise en place de kolkhozes par l’URSS ont profondément modifié les mœurs kazakhes

Les Kazakhs parlent le kazakh de la famille des langues turques (turciques), ainsi que le russe.

Actuellement, la plupart des Kazakhs sont musulmans sunnites de rite (Madhhab) hanafite. On estime que 70 % des Kazakhs sont musulmans sunnites et observent au moins une partie des rites.

en savoir plus sur ...

Sociétés (def)

  • Réunion d’humains vivant en groupe organisé.
  • Milieu humain caractérisé par ses institutions, ses lois, ses règles.

Les sociétés sont aussi des sous-ensembles de civilisations qui évoluent plus rapidement que ces dernières (société de consommation, société industrielle..)

Civilisations - (déf.)

  « Ce que les hommes appellent civilisation c’est l’état actuel des mœurs et ce qu’ils appellent barbarie ce sont les états antérieurs » A.France.

 

« La civilisation ne peut se définir que par rapport à toutes les  sciences de l'homme (géographie, sociologie, économie, psychologie collective) en n’ignorant pas l’histoire »  F.Braudel