previous arrow
next arrow
Slider
 
 
 

Le culte Vaudou

modifié le mercredi 27 janvier 2021

Vaudou (se prononce vodoun) désigne l'ensemble des dieux ou des forces invisibles dont les hommes essaient de se concilier la puissance ou la bienveillance. Il est l'affirmation d'un monde surnaturel, mais aussi l'ensemble des procédures permettant d'entrer en relation avec celui-ci et sert de culte à l'esprit du monde de l'invisible. Vaudou est l’adaptation par les Fon d’un mot Yoruba signifiant « dieu ». Il correspond au culte des Orishas.

cérémonie vaudou à kpalimé au Togo

Le vaudou est une des formes les plus connues de chamanisme en Afrique de l'Ouest. Il est né de la rencontre des cultes traditionnels des dieux Yorubas et des divinités Fon et Ewe, lors de la création puis l’expansion du royaume Fon d’Abomey aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Au sommet du panthéon vaudou figure Mawu (prononciation : man-whou), Dieu suprême qui règne sur les autres dieux. Mawu n’ayant pas de forme, il n’est donc jamais représenté, ni en peinture ni associé à des objets, comme le sont les autres vaudous. Mawu se traduit par « ce que nul ne peut atteindre » ou encore « l’inaccessible ». Ce n’est donc pas une « personne » mais une entité.

Selon les coutumes propres à chacun des peuples, les rituels vaudous sont différents, mais reposent sur les mêmes principes de mise en transe d’un ou plusieurs participants aux cérémonies. Pour atteindre l’envoutement et la mise en relation avec les esprits, les participants disposant du pouvoir, font appel aux rythmes des tambours, à la réalisation d’épreuves comme des marches sur des braises, ou la dissimulation sous des masques pour permettre d'unir l’ensemble de la population présente dans des cérémonies collectives.

Tambours pour sortie des masques Gélédé

Transe au cours d'une cérémonie vaudou à  Kpalime au Togo

 

tambours pour cérémonie Vaudou

Les cérémonies vaudou sont pratiquées par les Yorubas, Ewes, les Ajas, et par bon nombre d’ethnies du golfe de Guinée. Avec la traite négrière, les us et coutumes vaudous se sont répandus en Amérique, en particulier aux Caraïbes et au Brésil.

envoutement durant une cérémonie Vaudou

Chez les Ewe, entre autres, des danses de mises en transe peuvent avoir lieu dans des maisons dédiées à ces cérémonies. Au rythme toujours plus hypnotique des tamtams et au son des chants incantatoires certains danseurs tombent alors dans un profond état de transe : yeux révulsés, grimaces, tension musculaire, insensibilité à la douleur ou au feu. C’est un exemple des manifestations typiques d'une profonde communion religieuse africaine appelée "possession de la part des esprits".

Ceremonie vaudou chez les Ewe

 

Chez les Adja, les Ouachi, ou les Tem des danses du feu se tiennent le soir autour de feux de braises. Dans la région de Sokodé par exemple, accompagnés par les chants et les cris de la foule, les danseurs tournent autour du feu jusqu’au moment où les uns à la suite des autres ils se lanceront à marcher sur les braises. Ils peuvent prendre les braises entre leurs mains et se les passer sur le corps. Malgré le contact prolongé de la braise avec la chair, les danseurs ne montreront aucune brulure. La justification en est l’évocation de la toute-puissance des fétiches !

Cérémonie Vaudou chez le peuple Tem du Togo

épreuve du feu chez les Tem

Dans le sud du Bénin, des cérémonies rituelles sont accompagnées de la sortie des masques Zangbeto, grands cônes couverts de paille colorée. Zangbeto représente les esprits non humains, les forces de la nature et de la nuit qui ont habité la terre avant l'homme. Les porteurs de masques appartiennent à une société secrète et leur identité est inconnue aux non-initiés, le masque devant rester une entité indépendante ayant sa vie propre.

masques Zangbeto

masques Zangbeto

Ils encouragent les plus téméraires et les plus envoutés à réaliser des démonstrations masochistes avec des raquettes de cactus plaquées sur le corps, ou avaler des morceaux de verre pilé, ou s’infliger des scarifications rituelles.

épreuves au cours de cérémonie Vandou avec les masques Zangbeto

Pilage du verre au cours d'une cérémonie Vaudou

Les Fon et les Youruba, gardent vivante la tradition des masques, dits masques Guelédés, très travaillés. Elle offre à la population présente des occasions de participer à des danses votives. Ces masques sont utilisés pour honorer des esprits féminins appelés « Awon Iya » et qui habitent dans la mer.

Les masques Geledé  sont porté par des danseurs dissimulés sous des grandes robes

La sortie des masques Gélédé est aussi l'occasion d'une fête, haute en couleur et de danses. Les masques, en bougeant comme des marionnettes, racontent des histoires à caractère moral, et par leurs mouvements montrent leur pouvoir magique. Tout le village participe à la fête et accompagne le spectacle avec cris et applaudissement.

Rassemblement populaire lors de la sortie des masques Gélédé

 

danses  avec les masques Geledé

La tradition des masques Gelede est un exemple idéal du fonctionnement de la tradition orale qui, à l’aide de symboles, proverbes, masques et chansons, transmet le patrimoine culturel d’une génération à une autre.

Rassemblement populaire lors de la sortie des masques Gelede

Le vaudou peut être décrit comme une culture, un héritage, une philosophie, un art.

masques Zangbeto

Transe vaudou à kpalimé

en savoir plus sur ...

Ethnologie

  L'ethnologie (ou anthropologie sociale et culturelle) est une science humaine qui relève de l'anthropologie, et dont l'objet est l'étude explicative et comparative de l'ensemble des caractères sociaux et culturels des groupes humains « les plus manifestes comme les moins avouées »

 

Fondements et objectifs de l’ethnologie

L'ethnologie s'inscrit dans le vaste paysage des sciences humaines. Elle s’appuie sur des études ethnographiques que réalisent les anthropologues.

Cette science récente, moins de deux cents ans, a son origine dans les découvertes des peuples consécutives à l'expansion coloniale des pays occidentaux. Il en est sorti une connotation impérialiste de ségrégation des populations entre civilisée et primitives. Schématiquement, les activités de la sociologie au sens large se répartissent entre l’Ethnographie qui concerne les ethnies primitives et la sociologie qui concerne les peuples « dits » civilisés

À la fin du XXe siècle, cette approche dévalorisante a évolué vers une décomposition où l’Ethnographie (ou anthropologie sociale) concerne une analyse qualitative de l'observation des peuples sur le terrain et la Sociologie concerne l'analyse quantitative basée sur une étude statistique et globale des populations

Les principaux aspects sociaux étudiés au cours des recherches ethnographiques concernent les relations de parenté, le rôle des ancêtres, la connaissance des langues et de la linguistique associée, et l’identification des groupes ethniques.

Ethnographie - (déf)

L’ethnographie est la science de l'anthropologie dont l'objet est l'étude descriptive et analytique, sur le terrain, des mœurs et des coutumes de populations déterminées. Cette étude était autrefois cantonnée aux populations dites alors « primitives ». 

L’ethnographie est l’étape de collecte des données, l’ethnologie le stade des premières synthèses, l’anthropologie

etude de la vie sociale de l'ethnie des Asmat en Papouasie indonésienne

retrouvez nous sur

facebook

Recherche par aires géographiques

Recherche par civilisations

Recherche par familles de langues

Recherche par religions

Annuaire

qui est en ligne?

Nous avons 162 invités et aucun membre en ligne